25 septembre 2008

Quand l'Europe songeait à venir jouer avec nos blogs

J'arrive encore une fois pour la fumée des cierges : les Left_blogs ont fait un nouveau billet commun, cette fois pour protester contre la proposition d'une députée européenne PSE, Marianne Mikko, qui aurait souhaité que les blogs aient des "labels" afin de préciser leur réalité juridique et pour savoir "qui est derrière un blog". Alors, je viens d'apprendre, par le biais de De tout et de rien, surtout de rien d'ailleurs, que le Parlement européen à rejeté cette proposition, fermement, en soulignant que

les blogs représentent une nouvelle contribution importante à la liberté d'expression et constituent un moyen de plus en plus utilisé, tant par les professionnels des médias que les particuliers.

Ouf! Je n'aurai pas à militer pour la création d'un label "blog politique anonyme avec référence culinaire dans le pseudo". Vous imaginez mon soulagement, surtout qu'il aurait fallu traduire mon label en toutes les langes de l'Union.

Bref, on continue comme avant, ce qui est une bonne nouvelle : les blogs continueront à être jugés par leurs lecteurs.

La mauvaise nouvelle dans cette histoire, finalement plus ridicule que sombre, c'est qu'une députée PSE ait cru nécessaire d'aller réglementer la blogosphère. Ce n'était même pas Yves Jégo (celui dont on ne dit jamais du mal), qui, certes, n'est pas député européen, ce qui est tout à fait à son honneur.

J'en conclus que le pouvoir n'aime pas l'extrême liberté de parole que nous offre le blog. Le pouvoir, sous toutes ses formes, préfère les médias où la parole est lestée d'intérêts économiques. Le pouvoir préfère quand il peut coincer ceux qui parlent un peu trop. Bravo donc, au Parlement européen.

Voici le billet commun des Left_blogs. Je vous laisse imaginer la fumée des cierges autour :

Marianne Mikko, députée PSE au parlement européen, a présenté le 22 septembre en séance plénière un rapport sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l'Union européenne. Ce rapport doit être soumis au vote aujourd'hui, jeudi 25 septembre.

Nous avons relevé dans les attendus du rapport les éléments suivants :

"O. considérant que les blogs constituent un moyen de plus en plus ordinaire de s'exprimer, tant pour les professionnels des médias que pour les particuliers, que le statut de leurs auteurs et éditeurs, notamment leur statut juridique, n'est ni déterminé ni clairement indiqué aux lecteurs des blogs, ce qui entraine des incertitudes quant à l'impartialité, la fiabilité, la protection des sources, l'applicabilité des codes d'éthique et l'attribution des
responsabilités en cas de poursuites en justice;
"

Et dans les propositions, ceci :

"7. propose l'introduction de redevances adaptées à la valeur commerciale du contenu généré par des utilisateurs ainsi que de codes d'éthique et de règles
d'utilisation pour les contenus générés par les utilisateurs dans les publications commerciales;
[...]
9. suggère – que ce soit par le biais d'une législation ou autrement – de clarifier le statut des
blogs et encourage leur labellisation en fonction des responsabilités professionnelles et financières et des intérêts de leurs auteurs et éditeurs;
"

Ce dernier point nous fait immédiatement penser au permis de bloguer, déjà mainte fois évoqué et toujours repoussé car ne correspondant en rien aux besoins ni aux usages en cours sur la toile.

Une fois de plus nous vient des instances européennes, ici le parlement, une initiative qui frappe, mais toujours pour les mêmes mauvaises raisons:

* Manque d'à propos dans un contexte de crise financière, de ralentissement économique, de flambée des prix.
* Interventionnisme déplacé, aveugle aux difficultés sociales mais focalisé sur le contrôle d'une société dont le mouvement est perçu comme une menace.

Tout se passe comme si le niveau d'action européen, dessaisi des questions majeures touchant à l'économie et au social, tournait son tropisme bureaucratique vers l'activité citoyenne.

Le parlement européen, et le PSE en particulier, doit se ressaisir et comprendre que son déficit d'image auprès des populations devrait plutôt le conduire à prendre des initiatives dans les domaines où il est -vivement- attendu, comme le PS.

En revanche, et pour rester constructifs, l'alinéa suivant nous parait intéressant dans la mesure où il garantirait l'existence du service audio-visuel public, mis à mal par les projets de Nicolas Sarkozy sur le financement de France-Télévision ainsi que sur la nomination de son président.

"13 recommande que les dispositions règlementant les aides d'État soient appliquées de façon
à permettre aux médias de service public de remplir leur rôle dans un environnement dynamique, tout en évitant une concurrence déloyale qui entrainerait l'appauvrissement du paysage médiatique;"

6 commentaires:

Homer a dit…

Moi je suis au dessus de tout soupçon: j'ai un blog Bio (je dit toujours, qu'il est bio mon blog !)

Nicolas a dit…

"traduire mon label en toutes les langes de l'Union" : pour les couches culottes communautaires ?

o16o a dit…

homer --

Et moi qui te soupçonnais !

nicolas --

Qu'est-ce que Darcos va penser, surtout si j'ai Bac + 5?

Anonyme a dit…

A votre bon cœur messieurs/dames, venez en aide à une brute en manque d’élèves.
Ou bien un ticket restaurant pour manger chaud.

Merci

http://htrjzrrjz.labrute.fr

peuples a dit…

j'arrive aussi après la bataille...

yaaaa notre "liberté de penser", comme dirait quelqu'un, remise en cause....et en plus j'ai raté le billet.

PS :t'as pas une omelette sur le feu des fois, ça sent le cramé...

Juan a dit…

oups
on l'a échappé belle !