6 février 2009

Éloge de la bourde

Les trolls sarkozystes, comme celui-ci qui sévit depuis longtemps chez Dagrouik, aiment parler de compétence et de resultats, comme si le fait d'avoir une Rolex, ou encore, pardon, un Philippe Patek, prouvait quelque part l'efficacité des gesticulations. C'est vrai qu'avec une grosse montre, les gesticulations sont plus lourdes ou plus chères. Les résultats de Sarkozy sont loin d'être évidents, cependant, sauf à parler en termes de reconduites à la frontière, ce qu'un vrai troll sarkozyste n'hésiterait pas à signaler. Le vrai troll sarkozyste croit aussi, bien sûr, que la crise financière serait bien plus grave si la belle France n'était pas préalablement protégée par son magnifique bouclier fiscal et son tout aussi magnifique Paquet.

Alors, il faut, chers trolls, comprendre que les gauchistes inefficaces que nous sommes ont du mal à ne pas rigoler un peu quand on voit que le Super-Héros qui a généreusement accepté d'être Président de la R. ne peut pas parler de sa propre politique économique sans créer un incident diplomatique. Voici ce que nous dit notre Monde :

"Dans un entretien de 90 minutes diffusé simultanément sur trois chaînes de télévision hier soir, rapporte vendredi le quotidien britannique, le président français a déclaré qu'il ne répéterait pas les 'erreurs' économiques de la Grande-Bretagne, avant d'ajouter que la baisse de la TVA du premier ministre n'avait pas marché du tout." L'Elysée aurait aussitôt tenté d'éteindre le début d'incendie diplomatique en s'entretenant au téléphone avec le 10 Downing Street, mais les services de Gordon Brown cachent mal leur irritation : "l'Elysée nous a assurés [vendredi] matin que ces remarques ne constituaient pas des critiques de la politique économique britannique – c'est sympathique", a lâché un porte-parole du gouvernement à Londres.

Reuteurs est un peu plus clair :

French President Nicolas Sarkozy angered the Czech Republic, which holds the EU presidency, and drew a frosty response from Britain on Friday over disparaging comments about two key European partners.

[...]
And his jibe about British tax measures to combat the financial crisis achieving "absolutely nothing" struck a nerve that has had British officials privately fuming.

Un manager hyper-compétent qui maîtrise tous ses dossiers ainsi que sa propre parole sait ce qu'il fait. Quand on tape sur les Anglais, il faut mesurer ce que l'on gagne et ce que l'on perd. Côté passif, il y a le fait d'attiser l'euroscepticisme dans un pays qui aurait surtout besoin d'être rassuré que les Continentals ne vont pas venir chez eux leur dire comment conduire leur politique économique. Et pour l'actif ? Eh bien... notre Très Grand Homme (TGH) a réussi à s'en sortir à la télé avec une pirouette de plus. Il faut dire que ça vaut son pesant de Patek Philippe. Tant pis pour les British.

C'est à croire que la réalité télévisuelle prime sur toutes les autres. Devant la caméra, le TGH devient cette créature en empathie avec ces Français qu'il imagine "moyens" et dont il suppose qu'ils se fichent royalement des Anglais et de Gordon Brown, qui n'est même pas Tony Blair. La téléréalité prime sur les autres réalités. Peu importe les conséquences. Quand on est président de la R., on a bien mérité le droit de dire n'importe quoi pour sauver la figure.

S'il était permis de douter, même un tant soit peu, de la compétence de notre Hypermonarque, certains n'hésiteraient pas à qualifier la petite phrase de Sarkozy de bourde, à inscrire dans une longue liste de bourdes.

5 commentaires:

Gaël a dit…

alors là je dois avouer que cette bourde je l'ai pas vue passer (un peu en dehors du coup ces temps-ci) mais il a aussi réussi à mettre le feu aux collectivités locales et leur regroupements avec son annonce sur la TP

ça fait beaucoup en 90 minutes

hypos a dit…

Excellent ! Je suis morte de rire ! Quel boulet ce président... Merci pour cette minute de fraicheur après les 90 mns avariées avalées hier :-)

omelette16oeufs a dit…

@gaël,

Mais oui c'est beaucoup. C'est parce qu'il est très fort, tout simplement. Et efficace. Chirac n'aurait jamais pu en faire autant.

@hypos,

Merci! Mais attention, il ne faut pas traiter Sarkozy de Boulet : Gaël risquerait de se fâcher...

RichardTrois a dit…

Merci pour cet article !

Il faudrait effectivement populariser ce grand moment de diplomatie...

Monsieur Poireau a dit…

En décriant les choix des autres, il donne aussi l'impression de SAVOIR quelle est LA solution, il maîtrise son sujet puisqu'il peut dire : regardez ces anglais comme ils se gourrent face à la crise ! Et bien sûr pas un petit présentateur pour le remettre dans le réel…
:-))