11 novembre 2007

La bonne vieille droite

Quelqu'un, à l'Elysée bien sûr, a dû envoyer un couriel, ou même une touite, assez clair au gouvernement, car toute la semaine, tandis que le Président faisait des faux cadeaux aux pêcheurs tout en se faisant insulter et en profitant pour insulter les bretons à nouveau, Fillon et son gouvernement ne parlent que de leur "fermeté".

«Notre fermeté», lance le Premier ministre, «ce n'est pas une posture, c'est une exigence de justice et d'équité», lance-t-il en défense d'un «projet raisonnable». (Libé)

Xavier Bertrand dit la même chose:

«Chacun doit être conscient que le mouvement peut durer, même si j'ai demandé aux entreprises des moyens de transport de substitution et un effort sans précédent d'information», ajoute-t-il. Il rappelle qu’«il est impossible de rester à trente-sept ans et demi de cotisation tant pour des raisons de justice que pour l’équilibre financier des régimes spéciaux.» (Libé)

Alors, du bluff? Certes, mais il y plus encore. Juan parle de "relents de thatcherisme dans l'attitude de l'équipe Sarkozy face aux grèves", et l'on sent que pour la droite c'est effectivement le Grand Soir, celui où ils vont enfin "nous" débarasser des syndicats, les briser comme Thatcher et Reagan. Les paroles de Xavier B. sont révélatrices : il demande "des moyens de transport de substitution", autrement dit ils vont essayer de contourner les monopoles de la SNCF, la RATP, les bus, etc.

D'autres ont montré comment ce qu'ils cherchent à obtenir ainsi n'est pas si incroyable, en termes de comptabilité. Mais c'est symbolique. On voit le retour de cette bonne vieille droite qui veut enfin prendre sa revanche. Les cafouillages de Villepin avec son CPE, l'absence totale de concertation, étaient dûs en large partie au fait qu'il pensait pouvoir devenir le héros de la droite, au dépens de NS, s'il pouvait imposer sa mesure. Maintenant, c'est le tour de Sarkozy, le Très Grand Homme (TGH), de lui montrer, de montrer à toute la droite, de quoi il est capable. Finalement, arriver aux mêmes "réformes" sans une "putain grosse grève", comme dirait CSP, ça ne les intéresse pas. Car il faut, à cette droite, pour des raisons obscures mais liées à des traumatismes dans la petite enfance, écraser son adversaire.

Bon courage Xavier, François et Nicolas.

5 commentaires:

Juan a dit…

bon courage à nous. Les rues bloquées, la confrontation sur les trottoirs. Quel gâchis.
toujours des analyses très pertinentes !

omelette16oeufs a dit…

En effet, quel gâchis!

Surtout que Sarkozy pourrait être tenté de laisser ses CRS faire un peu plus dans l'ultraviolence qu'avant la "rupture décomplexée". Histoire de montrer toute sa puissance.

Optimiste a dit…

Ça débutera par quelques provocations bien opportunes, commodément imputées à l'"ultra-gauche" étudiante, suivies immédiatement d'un ratissage beaucoup plus dur pour le quidam qu'en mai 2007, avec lourdes peines de prison ferme systématiques, puis on commencera à voir les premières procédures judiciaires contre les "meneurs" politiques... et les blogueurs.

Nicolas a dit…

L'armée est prête ?

omelette16oeufs a dit…

@optimiste : tu portes bien ton nom!

Je ne sais pas si ça ira jusqu'aux blogueurs (quoique), mais je ne serais pas surpris si Sarkozy et Cie n'innovaient pas dans ce domaine.

@nicolas,

Espérons.