13 octobre 2007

Ma prévision pour l'après-Cécilia

L'Elysée a du mal à trouver commenter cadrer l'annonce de la séparation présidentielle. Sarkozy a du mal à imposer l'agenda en ce moment. Certes.

Voici ma prévision sur comment cette histoire sera enfin rendue, comment dire, publique. Sarkozy, tout en paraissant raisonnable et équilibré, genre « Cécilia et moi, on s'aime toujours autant », va se poser en victime. C'est une facette étrange de son système de séduction et qui va très bien à sa paranoïa, genre Clearstream.

Le défi pour Sarkozy maintenant est de trouver comment tirer parti d'un nouveau rôle de victime.

5 commentaires:

Editions Filaplomb / Philippe Braye a dit…

Moi, j'ouvre les paris sur la maîtresse qu'il va maintenant afficher…
:-)

Homer a dit…

je suis persuadé qu'il est avec Rachida Dati... dans les bras de laquelle il a été se consoler quand Cécilia l'a quitté pour... François Hollande? MDR !

Dagrouik a dit…

On s'en fout de qui sera la nouvelle première connasse de l'état. Ce qui va être remarquable ce sont les changements dans la personnalité de naboléon: il devrait avoir de nouvelles migraines, et va dépendre de ses conseillers qui vont se faire la guerre pour remplacer C.

omelette16oeufs a dit…

filaplomb & homer,

Ce sera comme avec Louis XIV : il aura des favorites et une flopée d'enfants naturels (heureusement pour eux il y a la génétique...).

dagrouik,

"Naboléon", c'était le petit nom que Le Pen a donné à Mégret, non? En tout cas, ça va bien à NS. Même mieux.

Quant à la personnalité de Sarkozy, je suis d'accord. Sarkozy cherche sûrement le moyen d'en tirer profit et bénéficier de son statut de victime. "Pauvre petit, il s'est fait largué par cette pétasse" diront les veaux.

Amalia a dit…

Well written article.