13 octobre 2007

Tests ADN : quelques réflexions de plus

Voici quelques réflexions sur les tests ADN et pourquoi c'est vraiment mauvais. Il y a sans doute rien de bien neuf dans ce que je vais dire, mais trois semaines sans bloguer, cela vous vide curieusement le cerveau (le mien, en tout cas, tant le blog devient une manière pour moi de concrétiser ma pensée), et j'ai donc besoin de remttre les choses à plat.

C'est doublement nécessaire en raison de la logique des défenseurs de cette mesure, qui se résume à pourquoi vous énervez-vous? ce n'est qu'une bricole. Oublions, pour l'instant, le débat sur Fillon qui ferait du lepenisme sans le savoir, ou sans l'admettre, pour nous concentrer sur cette logique qui proclame la banalité de la mesure et donc l'exaggeration de toute critique.

La banalité est une véritable thématique dans cette histoire, à commencer par la façon dont les tests ADN ont été introduits, non par l'ignoble Colonel Hortefeux lui-même, mais par celui qu'on présente souvent comme son "ami", Thierry Mariani. (Et oui, il a un "blog", celui-là; il aurait tout intérêt à suivre les conseils de Nicolas...) D'emblée, la mesure est accessoire, ne fait pas partie du texte ministériel, et peut être abandonné si jamais il y a des problèmes. On nous dit surtout que Hortefeux avait pensé inclure les tests ADN dans son texte a lui, puis avait abandonné l'idée. Mariani ramasse les miettes, mais ensuite les sarkozystes convaincus le soutiennent comme si la mesure avait fait partie des promesses de campagne... Difficile de ne pas y voir une mise en scène assez grossièrement ficelée.

Le Très Grand Homme (TGH) dit qu'il "n'est pas choqué" par les tests ADN. Kouchner avait d'ailleurs dit à peu près la même chose : "cela ne me plaît pas, mais ne m'indigne pas". Et Fillon saute sur la même thématique et sort son "détail". (Toujours le mot pour rire lui : "faillite", "détail", quel mot demain?) Et nous avons entendu sans cesse que pleins d'autres pays européens faisaient la même chose, et ce depuis des siècles sans que personne s'en plaigne, à la différence des gauchistes français, toujours aussi hystériques.

Ensuite, une fois que la Commission des Lois du Sénat a rejeté une première version de l'amendement, le gouvernement en réduit considérablement la portée, surtout en en faisant une "expérimentation" avec une "mise en oeuvre progressive" et en limitant le nombre de pays concernés. "Expérimentation", ça fait moderne sans doute, comme Raffarin le décentralisateur. C'est censé surtout ne pas nous faire peur : ils vont y aller doucement; si ce n'est pas bien, ils arrêterons. Sauf que l'expérimentation c'est, en général, utile pour des phénomènes économiques ou sociaux, quand on ne peut pas savoir si une mesure aura les effets escomptés. Ce n'est pas du tout une réponse adaptée aux véritables défauts de cette mesure qui n'ont rien à voir avec son éventuelle efficacité, mais qui sont d'ordre, on va dire, pour aller vite, moral et politique. Si les tests ADN sont moralement acceptables pour un petit nombre de pays, ils le sont pour tous, et dans ce cas il n'y pas besoin d'en limiter la portée et de passer par cette période d'essai. Essayer quoi?

Le premier, et peut-être principal, défaut de cette mesure est sa portée symbolique. Du fait qu'il s'agit d'un symbole, la droite en profite pour dénoncer l'exaggération de la gauche (et de Raffarin et de Villepin), en se posant comme plus pragmatique, la tête bien sur les épaules. Mais dire que tout ce qui symbolique est nécessairement accessoire est une erreur, sur plusieurs plans. Tout d'abord, le symbolique est important. Tout simplement. Le symbole de ce test ADN conditionnera pour toujours les relations entre l'Etat et les candidats à l'immigration, et aussi les relations entre la France et les pays qu'elle considére incapables de produire des documents fiable d'état civil. Ce symbole, en France, entre en conflit avec des siècles de catholicisme et de cartésianisme qui ont privilégié l'esprit au dépens du corps, ce qui explique pourquoi faire tester son corps pour prouver sa légitimité ressemble trop à une soumission, quelque chose que l'on ferait à du bétail... D'autant plus que l'on se refuse de pratiquer pareille chose sur des Français...

Ce qui nous amène à l'autre point essentiel qui est, dans un sens, un peu masqué par le fait que tout cela arrive dans le contexte du débat, déjà bien chaud, sur l'immigration, à savoir la question de l'usage des informations génétiques. On savait que la génétique était très utile, notamment pour récupérer les Piaggio volés. Vont-ils se banaliser chaque fois qu'ils pourraient faciliter une procédure administrative ? Ce n'est pas l'intention, aujourd'hui, de Hortefeux ou même de Mariani, mais la première exception à une règle est toujours la plus dangereuse.

5 commentaires:

Editions Filaplomb / Philippe Braye a dit…

Surtout qu'au final, ce qui reste de l'amendement, c'est qu'on va tester madame par rapport à ses enfants, pour ne pas découvrir les secrets de madame eventuellement, et que du coup, ca ne demontre plus la paternité du tout ! Donc, ca ne reponds plus à la question de depart !
Encore une mesure symbolique et inutile !
:-)

totolezeros a dit…

trois semaines sans blogger, ça devrait pas te vider le cerveau,

y devrait y avoir au contraire un trop-plein, non ?

omelette16oeufs a dit…

filaplomb,

Je n'avais pas pensé à ça : un veuf qui veut rapatrier ses enfants, il fait quoi? C'est vraiment comme s'ils disaient (eux, l'UMP, bien sûr) : "il faut que ce soit génétique, il faut que ce soit génétique", même si c'est complètement inutile.

toto le 0,

Si, je voyais plein de choses qui passaient sur lesquelles j'aurais bien fait un petit mot, mais cela reste virtuel. Le problème, au fait, c'est de rattrapper l'actualité, se remettre dans le courant. C'était pareil après les vacances, il me fallait quelques billets pour me relancer :-)

kamizole a dit…

C'est l'ensemble de cette loi sur l'immigration qui est contestable (de plus la dernière loi n'est même pas appliquée). Restreindre le regroupement familial est inhumain... cela ne veut dire que l'on veut des esclaves... c'est le retour aux années 60-70 (lire à cet égard un excellent ouvrage de Patrick Weil sur l'histoire des politiques d'immigration... désolée, le titre n'est plus rangé dans le magasin de ma mémoire).
encore plus ignoble qu'Hortefeux (si... c'est possible !) Eric Zemmour, auteur d'un texte puant sur Le monde.fr sur l'antiracisme comme maladie honteuse (oui ! faut oser... c'est la connerie réactionnaire "décomplexée"... En + à mon avis, un juif raciste, même si je sais bien que ça existe, il y a quand même une grave erreur...
Méfions-nous, c'est le moment de parler du pasteur allemand : "ils sont venus chercher les juifs, je n'étais pas juif, etc... communiste, homosexuel... De même, on va nous mettre en fiche ADN plus vite que notre ombre. Plus une puce intégrée à notre cortex via les nanotechnologies...
"1984" d'Orwell, "Le meilleur des mondes" d'Huxley et "la machine à remonter le temps" (H.G Wells)... j'ai oublié le nom des populations, les oisifs de la surface se faisant proprement bouffer par les prolos du sous-sol... Une petite pincée de Philip K. Dick pour la folie et les "mondes parallèles" (sait-on jamais !).
Toujours aussi excellent ce blog. "16 oeufs" ... cela me fait penser à la "Famille Fenouillard" et un passage au Mont-St-Michel, l'auberge de la Mère Poulard et ses célèbres omelettes. aujourd'hui il font surtout des galettes (pour la grande distribution) et des crèpes (celles que je fais à la maison sont aussi bonnes et moins chères).

omelette16oeufs a dit…

kamizole,

J'avais vu ce papier débile que Le Monde a cru bon de publier et j'ai failli faire un billet. Je le ferais peut-être encore. Heureusement que tu veilles! Le Figaro n'aurait pas oser le publier je crois.

Quant à l'avenir génétique que l'on nous prépare... C'est étrange comment on peut instrumentaliser la génétique comme gage d'autoritarisme. Ils sont tordus, ces sarkozystes!

Quant aux compliments, merci! Ca fait très plaisir. J'espère que, d'un blog à l'autre, l'on continuera à se croiser.

omelette