30 décembre 2007

Le président grenouille

Louxor, Carla Bruni... pour finir, on pourrait ne plus savoir quoi en dire : toute tentative même de modeste mise en perspective sera immanquablement requalifiée en jalousie, ringardise... Raphaël Anglade écrit:

[Sarkozy] espère peut-être renvoyer la gauche geignarde au rang de pucelle effarouchée et la droite bourgeoise au rang de bigote peine à jouir.

Toute critique, toute protestation ne fait que confirmer comment le Très Grand Homme (TGH) est Grand, au-dessus des bêtises et des vieilleries. Non seulement la vie de jet-setter lui est parfaitement naturelle, un poisson dans l'eau, mais elle est, malgré sa vulgarité, le signe incontestable de sa supériorité. Et si on pousse un peu plus loin, il n'est pas difficile de voir dans cette posture une sorte de populisme à l'envers, où le TGH se représente comme l'un des héros modernes des tabloïdes, censés être l'étoffe des rêves du petit peuple, dénigrés par les "donneurs de leçons" et autres pédants moralisateurs, mais appréciés par les "vrais gens", qui d'ailleurs savent reconnaître un tout aussi vrai patron (à ses lunettes de soleil et aux mensurations de sa maîtresse...?).

Devant un tel édifice, ce n'est pas simple de savoir où commencer pour en saper les fondations. Au PS, la différence de réaction entre la plupart des cadres et Ségolène Royal. Ceux-ci dénoncent la participation de Bolloré à ce voyage, participation qui est effectivement dangereuse sur de nombreux plans. Malheureusement, sa gravité est difficile à expliquer de façon télévisuelle, surtout quand Bolloré contrôle pas mal de ce qui se passe dans nos télés. Ségolène Royal, au contraire, est plus efficace quand elle met

« en cause l'indépendance et la dignité de la fonction présidentielle», lui demandant de cesser de «provoquer par son comportement ostentatoire» (Libé).

C'est plus efficace parce qu'elle donne une forme rationnelle à un vague sentiment de révolte (mais l'UMP dirait peut-être jalousie encore une fois) ressenti, malgré tout, chez bien de supporteurs du Président dans ces mêmes classes populaires. Sarkozy est en train de bousiller sa propre position, dégrader la présidence et donc la France avec.

Quand j'ai commencé ce billet, j'étais assez pessimiste sur la capacité de réactino de nos citoyens, car il eût fallu qu'ils réagissent non seulement contre celui qui est malgré tout leur président, mais aussi, et surtout, contre le papier-glacé, contre la nouvelle narration de ce qui est censé être une grande histoire d'amour. Et pourtant, Sarkozy s'affaiblit (via Dagrouik), car le 20 et 21 décembre l'IFUP constate "une baisse de confiance massive".

Les images de Louxor qui étaient censées boucher cette faille de l'armure du TGH, pourront-elles aggraver au contraire sa situation? L'histoire avec Carla Bruni nous est vendue comme une sorte de conte de fées. Un jour, à ce rythme, ce ne sera plus la grenouille et la princesse, mais la grenouille et le boeuf, le TGH en train de se gonfler médiatiquement jusqu'au jour où...

Mais voilà le problème : y a-t-il quelqu'un, quelque chose qui pourra faire dérailler l'histoire que Sarkozy et les médias nous préparent? Ségolène Royal, en légitimant la réaction négative aux frasques présidentielles, est sur la bonne piste, mais il faudra autre chose pour que le ridicule, l'incompétence et l'outrecuidance de Monsieur Sarkozy deviennent une évidence publique.

4 commentaires:

Monsieur Poireau a dit…

Encore un bon papier, tu m'énerves !

Pour Sarkozy, il suffit d'attendre, comme tout un chacun, cela lui montera suffisamment à la tête our s'écarter de la prudence !

En même temps, attention, un plan médiatique peut en cacher un autre. Sarkozy victime, Sarkozy baffoué [quand Carla aura rompu par exemple] peut lui refaire de la sympathie et etc pendant 5 ans…

Pour moi, c'est par la politique qu'il doit s'effondrer. Aucune des mesures conservatrices misent en place ne peuvent raisonnablement changer la donne actuelle et c'est par ce biais là qu'il tombera tout seul !

:-)

Circé a dit…

Curieusement ce type dénature ma vision .
A tabloïd, j'avais substitué spermatozoïde...
Je crois qu'à trop vouloir en faire, il ne se décrédibilise tout seul.
Les images devant les pêcheurs au Guilvinec, avec les cheminots contrairement à ce qu'auraient voulu montrer les médias lui ont fait du tort.
Et je ne parle pas de Khadafi et autres "démocrates" félicités ou reçus ou visités par NS.
Ses attaques répétées contre le code du travail, les 35 h, l'amplitude horaire, le soi-disant travailler plus pour gagner plus qui ne servira qu'à faire passer le travail du dimanche comme une normalité, le pouvoir d'achat à l'agonie, bref...je ne sais comment sera le printemps...

Omelette a dit…

Monsieur P.,

Merci! Mais je viens de me relire (pour comprendre ton énervement...) : c'est bourré de fautes! IFUP ?!? Va falloir que je demande à Nicolas (J, pas S) si on a le droit de faire des corrections...

Sarkozy victime, j'y crois à fond. D'ailleurs, si on regarde de près, il se représente constamment en victime, aussi.

J'espère que tu as raison pour la politique. Ce qui me fait peur avec cette option, c'est que Sarkozy et Cie sont devenus des maîtres de l'art de créer des déconnexions entre la réalité et les choix politiques tels que l'électorat les perçoit. Contrôler les médias est un atout aussi... Enfin, espérons que le plantage politique combiné avec un comportement personnel imbécile et indigne sera suffisant.

circé,

Oui, j'aurais dû mettre spermatozoïde, mais ce n'était pas une faute de frappe cette fois-ci.

Ce qui est devenu un enjeu intéressant, c'est de voir jusqu'où l'opinion se laisse allègrement manipuler, avec des manoeuvres à deux balles, avant de réagir contre ses médias. Normalement, je dirais que c'est utopique de penser que c'est possible, mais peut-être qu'avec Sarkozy tout est possible après tout...

Monsieur Poireau a dit…

Pour les fautes vues après coup, personnellement, je corrige dans l'article en laissant le mot fautif mais barré !
Ça arrive de faire des fautes, ce n'est pas la fin du monde !
:-)