28 mai 2008

Jeux de mots

Comment dire...? Je pense qu'il est probable que Bertrand Delanoë ait commis une erreur politique en se déclarant "libéral". En même temps, je pense qu'il est très bien qu'il l'ait dit. Et ce n'est pas parce que je souhaite qu'il fasse des erreurs ou qu'il dise des choses qui lui sont nuisibles.

L'effet positif de cette déclaration, très appuyée, est, ou sera, je pense, double : d'une part, elle crée les conditions d'un véritable débat sur l'identité et l'avenir du socialisme. Car c'est une vraie question : après avoir reconnu tout récemment l'existence de l'économie de marché (je plaisante : n'est-ce pas à peu près la distinction historique et originel entre le socialisme et le communisme ?), le PS doit en effet expliquer sa relation au capitalisme.

Dire que le socialisme est une forme de libéralisme, c'est sûrement aller trop loin. C'était sans doute l'intention de Monsieur Delanoë, qui a réussit, quoi qu'on en dise, son coup médiatique en se plaçant au centre d'une petite tempête sémantique. Et ce n'est pas comme si le PS n'avait jamais réfléchi à sa relation au capitalisme. Il ne pense qu'à ça, en réalité. La question ne se joue pas en termes de profonde réflexion politique, mais en termes de communication, ou encore de pédagogie. Comment expliquer la position du PS ? En s'appropriant un symbole, un mot symbolique. Et c'est là où il me semble que ce mot de "libéral" soit un peu exagéré.

On m'expliquera que le libéralisme, c'est les Lumières, les libertés individuelles, etc. Je sais. Mais la question n'est pas là. Si on ne garde que cette définition là, historique, philosophique, nous sommes tous déjà des libéraux, voire des ultralibéraux, et il n'y avait pas besoin d'en faire tout un plat. Le but de Bertrand Delanoë n'était pas de rappeler ce que tout le monde sait déjà. Cette histoire n'a d'intérêt que parce que Delanoë a brisé une sorte de tabou symbolique. Se dire "libéral et socialiste" c'est un geste, celui des pieds qui vont vers le plat.

Et c'est là où je dis tant mieux. Finalement, le "combat des personnes" va accoucher d'une discussion des idées fondamentales. Ou du moins un "combat" où les idées seront des armes. C'est déjà pas mal : on est en politique, quand même. Et du coup, Ségolène Royal ne sera plus "celle qui n'est pas vraiment à gauche".

9 commentaires:

JOKER a dit…

Oyez ! Oyez ! Messire ! Le top du bouffon vous invite à vous inscrire !
http://bouffonduroi.genhit.com
Patrick Chatelain, TropicalBoy, SB le sniper, Ougen, Na, Thiéboly, Lobo, Sarkophage font déjà partit de ce Top ! Il faut juste une bannière de 468x60px et insérer le bouffon d'or (ou un simple lien) sur votre blog ! J'espère que vous m'accorderez l'honneur de votre présence.
Cordialement
@JOKER

Nicolas a dit…

"Je pense qu'il est probable que Bertrand Delanoë ait commis une erreur politique en se déclarant "libéral""

C'est rigolo : ton billet semble prouver le contraire...

Tiens ! Un spam.

Dodue a dit…

Je pense que Delanoë se débrouille bien jusque là. De toute façon, le PS ne sait plus où il en est. Delanoë a intérêt à se démarquer si il veut gagner des points auprès de l'électorat. Le plus dur sera de ne pas se mettre à dos les poids lourds du parti car leur pouvoir de nuisance est fort...il y en a une qui est déjà passée par là !

omelette16oeufs a dit…

nicolas,

Oui, du spam. C'est peut-être joli, sa bannière... Faut les effacer les spams, au fait?

Quant à Delanoë : on verra bien, mais cette étiquette "libéral" pourrait lui jouer des tours à l'avenir. Mais qui sait?

Je voulais juste dire que c'était bien pour le PS collectivement.

dodue,

Ce qui me surprend, c'est que Delanoë semble partir sur les mêmes rails que SR. Ca va être compliqué.

Nicolas a dit…

Non, il ne "faut" pas les supprimer. Juste ne pas aller les visiter et leur faire comprendre qu'ils perdent du temps.

omelette16oeufs a dit…

nicolas,

ok, je ne supprime pas.

joker,

ça ne sert à rien de nous spammer. du coup, on n'en veut pas de ta bannière. je plaisantais tout à l'heure.

nicolas,

ça va comme ça?

Nicolas a dit…

Presque ! Ce n'est pas exactement ce que je voulais dire. Juste que le spam ne sert à rien pour faire connaitre les blogs. Au pire, on y va une fois un rêvant puis ont se barre.

L'effet pervers : quand on tombe deux fois sur le même spam, on se fâche et on ne va plus voir le blog.

Florent a dit…

Yep, en effet, quel que soit le calcul médiatique derrière, Delanoë ouvre là un débat intéressant pour le congrès. On verra sur quoi tout cela débouche. Au moins sort-on un peu des débats de personne...

Monsieur Poireau a dit…

Je le redis, à mes yeux, l'intervention de Delannoe n'est là que pour couper l'herbe sous les pieds du candidat de la droite.
On assiste à une communication comme celle de Sarko dès 2004 : occuper le terrain sémantique de l'adversaire.

Du coup, l'adversaire de Delannoe, ce n'est plus un(e) autre possible du PS mais directement la droite !
:-)