27 juillet 2007

Lire

Via CSP, un article de Serge Halimi qui résume très, très bien le cas Sarkozy.

Il faut une gauche combative, ni utopiste, ni centriste. Ou encore : presque n'importe quelle gauche, si elle est combative.

2 commentaires:

filaplomb a dit…

Très bonne analyse de M'ssieur Halimi.
En résumé, la gauche molle est morte, vive la gauche de combat ! :-)

omelette16oeufs a dit…

Oui. Les démocrates américains l'ont bien prouvé: une gauche molle ne fait que confirmer la droite dans sa "droititude", comme Ségolène R. et ses drapeaux qui a permis à Nicolas S. d'aller beaucoup plus à droite pour ramasser les électeurs FN.

Il est inutile de positionner pour attendre que les électeurs viennent; il faut avoir une image politique (ou même un message) pour faire venir les électeurs vers sa position.